Médiator… des effets secondaires révélés tardivement.

Après 33 ans de service en France, ce médicament commercialisé par les laboratoires SERVIER fait l’objet de nombreux commentaires au niveau des médias. Certains journalistes ont notamment très rapidement fait le rapprochement avec le scandale du sang contaminé (sans doute trop jeunes pour se rappeler qu’un certain talc avait fait aussi beaucoup de dégâts) Une diététicienne de Marseille avait dit : « le médiator c’est un bon soldat, il combat les lipides et la glycémie trop élevée » En plus la sécurité sociale le considère comme un médicament efficace puisqu’il est remboursé à 65%. Retiré du marché Français seulement en 2009, la communication des dégâts collatéraux causés par le « bon soldat » n’apparaissent au grand public qu’en novembre 2010 et ce malgré quelques alertes significatives comme son retrait du marché américain dès 1997, du marché espagnol en 2003 et du marché italien en 2005. Le laboratoire Servier, qui fabriquait le Mediator, estime que les chiffres de la Cnam sont "des hypothèses fondées sur des extrapolations" mais conseille néanmoins aux personnes ayant pris du Mediator d’en parler à leur médecin". "La simple constatation d'une valvulopathie chez un diabétique ne permet pas d'imputer celle-ci à un traitement médicamenteux, qui reste une cause très rare", souligne-t-il. Ces propos ont été publiés le 15 novembre 2010 sur le point.fr Les chiffres avancés seront très difficiles à prouver notamment pour une période allant de 1976 au début des années 1990 car l’assurance maladie à cette époque ne disposait pas de moyens statistiques aussi précis que maintenant sur la consommation médicamenteuse. Le Mediator n’a pas été seulement réservé à des fins curatives, il a été souvent prescrit comme coupe-faim. Devant la surdité des pouvoirs publics un médecin brestois avait publié un livre dénonçant les méfaits de ce médicament, Les laboratoires Servier en avaient obtenu le retrait immédiat jugeant son titre trop insolent « Médiator, Combien de morts ? » Selon les déclarations de Mr Jacques Servier (88ans) le Mediator a été retiré progressivement de différents marchés pour des raisons commerciales, et non à cause des doutes sur son efficacité et sur ses effets secondaires. L'Afssaps a pour sa part recommandé aux personnes qui ont pris du Mediator pendant au moins trois mois, entre 2006 et 2009, de consulter leur médecin généraliste, afin de rechercher "tout symptôme ou signe évocateur d'une atteinte valvulaire".
Le 6 Déc dans Assurance