Les dépassements d’honoraires chez les médecins du secteur 2.

9 ans que l’on en parle et toujours pas de remède ! Seul petit placebo bien français : l’arrêté du 02 octobre 2008 publié au JO du 11 octobre 2008 qui, depuis le 1er février 2009, oblige les professionnels de santé, en cas de dépassement d’honoraires, à remettre à leur patient une information écrite préalable dès lors que le montant des honoraires qu’ils facturent est égal ou supérieur à 70 €, dépassement d’honoraires inclus.
L’Union nationale des caisses d’assurance maladie (UNCAM) a relevé qu’en 2010, 25 % des médecins libéraux exerçaient dans le secteur dit à honoraires libres, avec une proportion nettement plus élevée chez les spécialistes (41 %) que chez les généralistes (7 %).

En 2010, les dépassements d’honoraires des médecins libéraux du secteur 2 ont atteint 2,5 milliards d’euros

Dont 2,1 milliards pour les seuls spécialistes. La répartition des médecins spécialistes rattachés au secteur à honoraires libres varie considérablement selon les spécialités.13% pour les radiologues, 20% pour les cardiologues, entre 32 % et 40 %, pour les pédiatres, dermatologues, gastroentérologues. Jusqu’à 85% chez les chirurgiens. A noter que les jeunes médecins spécialistes qui s’installent, optent majoritairement pour ce le secteur à honoraires libres.

Des tarifs qui s’envolent !

Si en 1990, la moyenne d’un dépassement d’honoraires correspondait à 25% de la base des remboursements sécurité sociale, elle est, en 2010 mesurée à 54%.
Montrés du doigt les 4,5 % de médecins de l’hôpital public autorisés à y exercer pendant 20 % de leur temps de travail au maximum. Ces derniers exerçant aussi une activité libérale en secteur 2 pratiquent des dépassements plus élevés que leurs confrères libéraux « purs ». Les suppléments moyens atteignent par exemple 81 % en chirurgie, contre 56 % dans le privé, 80 % en ORL contre 48 %, ou 96 % en ophtalmologie, contre 60 %.

La répartition géographique est également inégale :

Les dépassements les plus fréquents et les plus onéreux sont concentrés dans certaines régions à fort pouvoir d’achat : Paris, l’Ouest de l’Ile-de-France, le Rhône, puis l’Alsace ou la Côte d’Azur.
A cette dérive dénoncée par Mr Frédéric van Roekeghem, directeur de l’assurance maladie, Philippe Cuq, coprésident du syndicat « le Bloc » et lui-même chirurgien, souligne que les tarifs de remboursement de la Sécurité sociale aux chirurgiens pour leurs actes n’ont que très peu évolué en 30 ans, alors que le coût de la pratique professionnelle, et notamment des nouveaux appareils de haute technologie ont fortement progressé.
Au niveau assurance et mutuelle, nous engageons vivement nos assurés a ne pas se laisser influencer par le comportement excessif de certains médecins qui n’hésitent pas à réclamer des dépassements d’honoraires bien supérieurs aux pourcentages moyens indiqués ci-dessus.

À propos de Gilbert WILHELM

Courtage d'assurances.
Ce contenu a été publié dans santé, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.