Sevrage tabagique, le remboursement du Champix part en fumée…

L’Assurance Maladie accompagne les assurés dans l’arrêt du tabac. Elle rembourse, pour un montant maximum de 50 € par an et par personne, les traitements par substituts nicotiniques (patch, gomme, pastille, inhalateur…).

Quelles sont les conditions de prises en charge ?

Pour bénéficier de cette prise en charge, le médecin traitant établit une prescription spécifique, sur une ordonnance consacrée exclusivement aux substituts nicotiniques. Aucun autre traitement ne doit figurer sur cette ordonnance. Le pharmacien, délivrera ensuite les substituts nicotiniques. Le tiers payant ne sera pas possible, c’est donc à l’assuré de régler directement la facture au pharmacien et de se faire rembourser le forfait par la sécurité sociale.
Le traitement du sevrage tabagique est d’un coût supérieur aux 50 euros, c’est pourquoi certaines mutuelles ou assurances complémentaires santé participent également de façon forfaitaire à la prise en charge. Pour information, la durée moyenne d’un traitement varie selon les individus entre 6 et 12 semaines, une boite de 56 comprimés correspondant à 28 jours de traitement est commercialisée aux alentours de 120/130 euros.
Le 31 mai 2011, Journée mondiale sans tabac, a été l’occasion pour l’actuel ministre de la santé d’annoncer le futur déremboursement d’un des principaux substituts : le Champix.


Le Champix figure sur une liste de 77 médicaments que l’Agence de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a publiée fin janvier 2011. Ces médicaments font l’objet d’un suivi renforcé par les autorités sanitaires suite au scandale du Médiator.
Le Champix commercialisé en France depuis 2007 est fabriqué par les laboratoires PFIZER. Ce médicament connu aux états unis sous le Nom de CHANTIX à fait l’objet de nombreuses plaintes, il aurait provoqué des effets secondaires d’ordre neurologiques et suicidaires chez certains patients.
Le Laboratoire quant à lui se défend contre ces accusations : sa porte parole estime que les plaintes reçues ne sont fondées sur aucune preuve scientifique et que le Chantix est un des meilleurs médicaments contre le sevrage tabagique. Pourtant, dès fin 2007, l’agence européenne du médicament (Emea) a jugé qu’il était souhaitable « d’alerter les professionnels de santé et les patients sur le risque d’idées suicidaires ou de tentatives de suicide survenant lors des traitements avec du Champix (® (varénicline) ».
Non remboursement, ne veut pas dire pour autant retrait du marché. A l’heure actuelle nous n’avons pas encore la décision des mutuelles et assurances complémentaires santé sur ce sujet. Nous espérons une prise de position rapide de leur part.

À propos de Gilbert WILHELM

Courtage d'assurances.
Ce contenu a été publié dans assurance, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.