Augmentation des mutuelles au 1er janvier 2012

La presse a fait écho d’une augmentation moyenne du prix des mutuelles de 4,7% pour 2012.

En réalité l’augmentation a été plus élevée car il s’agit d’une augmentation moyenne en âge constant et force est de constater que nous vieillissons d’un an chaque année !

Certains assurés feront face en réalité à une inflation beaucoup plus forte, en raison d’un changement d’âge ou de tranche d’âge. Pour ceux dont la cotisation est calculée en tranche d’âge annuelle l’augmentation moyenne se situe entre 6,7% et 7,7%, pour ceux dont la cotisation est calculée par tranche d’âge (par exemple tous les cinq ans) et qui ont eu le malheur de changer de tranche au 1er janvier 2012, l’addition est encore plus salée, ils se retrouvent avec des augmentions pouvant aller de 15 à 20% !

Pourquoi les mutuelles augmentent elles tous les ans avec des pourcentages bien plus élevés que l’inflation ?

Les dépenses de santé progressent plus vite aussi et les transferts de charge de l’assurance maladie vers les assurances complémentaires santé sont nombreux : selon la mutualité, le taux de remboursement des soins de ville par la Sécurité sociale (médecine générale, optique, dentaire…) est descendu à 55%, avoir une mutuelle est aujourd’hui essentiel pour chaque foyer.

N’oublions pas non plus les fameuses taxes Fillon sur les contrats santé (2 fois 3,5%) pour renflouer les caisses de la sécurité sociale, les organismes qui n’avaient pas répercuté la dernière en date au mois d’octobre 2011 ont dû le faire au 1er janvier 2012.

Les retraités sont les plus touchés par ces augmentations :

Les cotisations des retraités sont plus élevées que celles des actifs, donc comme les augmentations s’effectuent en pourcentage égal sur la cotisation de base, l’écart en euros est plus important pour les retraités. Comme chacun sait, nous réglons nos dépenses quelles quelle soient, en euros et non en % de notre budget !

Le financement de la CMU complémentaire et de l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé se fait aussi sur le « dos » des assurés qui ont souscrit directement ou par le biais de leur entreprise une mutuelle santé. N’oublions pas que cette contribution représente 6,27% de charges sur la cotisation de base.

Au total taxes Fillon et CMUC-ACS représentent 13,27% ce qui veut dire que si la cotisation de base nécessaire à couvrir le risque est de 100 euros, l’assuré doit débourser en réalité 113.27 euros.

Selon ses bonnes habitudes et vieilles recettes, au 1er janvier 2012, le gouvernement a augmenté le plafond de ressources pour pouvoir bénéficier de l’aide à l’acquisition d’’une complémentaire santé qui passe à 35% au-dessus du plafond de celui de la CMU-C contre 26% en 2011.

À propos de Gilbert WILHELM

Courtage d'assurances.
Ce contenu a été publié dans actualites. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.